Le temps d’avant

Il y a des jours où je pense au passé, lorsque j’étais moi-même enfant
 
Je reprochais à mes parents de ne pas être assez présents, de ne pas prendre le temps de vivre. Mon père avait un travail très prenant, nous ne partions donc jamais (ou presque) en vacances et les moments passés en famille étaient très limités…
Le week-end, chacun s’enfermait dans sa bulle.
kaboompics.com_Girl standing in yellow flowers - Black & White
Mon père s’isolait dans son bureau ou dans le garage à bricoler, ma mère passait son dimanche à cuisiner et à repasser, mon frère (de 7 ans mon aîné) était en permanence devant son ordinateur ou sa console, puis moi… J’aimais passer du temps à l’extérieur, m’asseoir en haut de la bute qui domine l’Ardèche. La vue panoramique m’offrait un paysage magnifique. J’aimais admirer les montagnes, le ciel, les nuages… Prendre l’air ! J’aimais être dehors peu importe le temps, à admirer les premières floraisons, à ramasser et manger des amandes au printemps, à cueillir des fraises, framboises, cerises et abricots en été, à chercher des escargots en automne, à dévaler la grande pente enneigée du jardin en hiver.

Je me souviens de ces moments comme si c’était hier, des moments simples mais qui me comblaient de joie et de bonheur. J’étais jeune… et seule la plupart du temps, telle une fille unique mais c’était ainsi. Je pense que c’est un peu pour ça qu’à présent, j’ai parfois besoin de me retrouver en tête à tête avec moi-même, comme avant !
 
Puis est venu l’air du tout numérique, d’Internet et ses salons de tchatches…
Vous aussi vous étiez sur Tchatche.com, Caramail ou « pire » sur MSN ? Je suis vite devenue accro (un peu comme Facebook maintenant !). Ayant un frère et un père passionnés d’informatique, il était donc tout à fait normal d’avoir un accès quasi illimité aux nouvelles technologies. C’est là que je me rends compte à quand remonte mon addiction !
 
Depuis, je ne prends plus le temps d’apprécier la vie et les choses simples. De prendre le temps de contempler la nature, regarder les nuages dans le ciel en essayant de deviner à quoi ils ressemblent (bien que j’aime toujours autant admirer les jolis paysages…)
 
De nos jours, on ne peut s’empêcher de partager le moindre petit bonheur, les jolies choses, c’est plus fort que nous, c’est plus fort que tout. Partager son bonheur c’est bien, partager juste pour paraître bien auprès des autres c’est toute autre chose !
Gardons quelques bonheurs rien que pour nous… Arrêtons de nous sentir obligés de dégainer notre smartphone en pensant à nos futurs Tweet, Insta ou statut Facebook dès que nous vivons, voyons quelque chose de bien, de beau.

 

Et puis qu’inculquons-nous à nos enfants ? Est-ce normal d’avoir des parents qui passent leur temps sur leur smartphone ou console et qui ne communiquent finalement pas voire très peu ? Chose que nous leur reprocherons par la suite. Qu’engendre notre dépendance aux réseaux sociaux sur notre vie de famille ? Est-il bon d’exposer sa vie intime au monde entier ?

 

Tellement de questions qui tourbillonnent dans ma tête… J’aime partager avec les autres via les réseaux sociaux, le blog, j’aime vivre avec mon temps mais il y a des jours où j’aimerais vivre comme « avant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s